100 % PANIK !

Le Forum Francophone de reference sur Panik, anciennement NEVADA TAN !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [os] no tomorrow...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Violette
Unsere Zeit
avatar

Féminin Cancer Buffle
Date d'inscription : 03/04/2008
Nombre de messages : 139
Date de naissance : 29/06/1985
Age : 32
Membre Preferé : Frank...(bave)
Chanson Preferé : neustart/alles endet hier

MessageSujet: [os] no tomorrow...   Mar 29 Avr - 15:01

Voilà un os qui me trottait dans la tête depuis un moment au point de ne plus savoir écrire ma fic Zero roses.

No tomorrow

POV Lili.

Les paroles de ta chanson rentre en moi et m’apporte un mélange de douleur et d’espoir.
Dis-moi est-ce que tout ceci a lieux d’être ?
Nous nous aimons certes mais ne crois-tu pas que la douleur est plus forte que l’amour que nous nous portons ?
J’aimerais un monde où j’arriverai à oublier mon passé. Ces souvenirs trop lourds à porter pour mes épaules.
Les cris... Les pleures… Les hurlements de mon cœur et de mon corps… Tout cela je voudrais enfin l’oublier.
J’ai cru que tes bras me protégeraient de tout cela. J’ai pensé que ton sourire, ton regard, ta chaleur me guideraient vers mon avenir.
Mais tout ce que je garde, ce sont des blessures profondes qui ne cicatriseront jamais. Elles s’atténueront mais ne disparaitront jamais.
Nous étions persuadés que notre vie serait à deux. Aujourd’hui, je te regarde et rêve d’un monde sans toi. Pourtant mon cœur hurle ton départ.
Mes larmes inondent mon âme.
Tes mots deviennent tranchants comme cette lame de rasoir qui a trop souvent vu la couleur de mon sang.
Tu as tord, je ne peux retourner d’où je viens. Là-bas tout est noir, sans issus. Les cris sont trop présents et pressants.
Ne me laisse pas y retourner.
Je t’en pris, ne me dis pas ça. Ne me dis pas que nous étions trop jeunes. Ne me dis pas que l’amour entre nous s’est tu. Ne me dis pas que nos âmes se séparent.
Ne me dis rien.
Je refuse ton adieu. Je veux juste un au revoir et qu’un espoir de futur persiste dans mon cœur.
Laisse-moi préserver nos moments passés ensemble à s’unir. Ne les ternis pas. Ne les rends pas douloureux.
Mes mots m’échappent. Ma vie s’écoule.
N’y a-t-il donc aucun avenir pour nous ? N’y a-t-il vraiment aucun espoir ?
Ma vie sombre…
Ne me laisse pas retourner là-bas.
Non… je veux un demain… Je veux espérer…
Ne pars pas avec un adieu.
Mon souffle se coupe.
Pourquoi le monde me parait-il tout à coup sans fondement ?
Ne me prends pas mon espoir. Ne me prends pas ma vie. Ne me prends pas mes souvenirs.
Tout cela va devenir douloureux.
Trop.
J’aimerais m’en sortir. Je sais que si je ne tourne pas notre page, je resterai là où je suis.
La douleur m’étouffe. Je ne veux pas mourir sous le poids de tes propres erreurs.
As-tu pensé à moi durant ces deux ans quand tu allais voir ailleurs ? Quand tu rentrais tard sans un regard pour moi ?
Je voudrais tellement y croire. Croire que tu m’as aimé un instant comme je t’aime.
Mon amour était-il trop encombrant ?
Je regarde notre passé commun et n’y voit qu’un ramassis de déchets bon pour la poubelle.
C’est vrai, peut-être ai-je trop placé sur tes épaules ? Je pensais qu’avec toi, ma vie prendrait une autre tournure.
Quelqu’un m’a dit un jour : notre futur est ce que nous en faisons !
Est-ce pour ça que tu me disais cruellement que je manquais d’ambition ? Parce que je ne prenais pas mon futur en main.
Tu sais, j’ai essayé mais on ne m’a pas appris, à moi, comment prendre son avenir en main. On ne m’a rien appris si ce n’est la douleur, la peine, la haine et les larmes du cœur.
Même toi, tu n’as pas su m’apprendre à aimer autrement qu’en se tuant.
Je n’ai pas de courage. Je n’ai pas d’envies. Juste celle de m’endormir et de ne plus me réveiller.
Le soir, la nuit entre en moi et je pris pour rester dans ses bras. Pourtant tu es à mes côtés. Souvent tu as pris ma main inconsciemment mais ça n’a pas suffit pour éloigner la nuit de mon corps. Ta chaleur ne m’a pas aidé à voir la lumière.
Ne t’en fais pas, je ne t’en veux pas. Je n’ai jamais eu la prétention de te prendre pour un héros. Non, juste pour mon cœur.
Voilà mon erreur : croire que les gens sont mon âme et mon cœur.
Parce que j’ignore si j’ai ces deux éléments au fond de moi. Je ne les sens pas. Je ne les vois pas.
Mais tu n’as pas compris ça.


POV Linke.

Ma petite Lili… Mon tendre cœur… Je te regarde de loin.
Ma vie, je la mène du bout des doigts sur une basse, une guitare, un piano et du fond de ma gorge. Tu le sais, ça, n’est-ce pas ?
Quand je t’ai rencontré, tu étais là, sous la pluie battante, tu venais de mettre en terre ta grand-mère, tu regardais ta famille s’écrouler autour de toi et tes yeux étaient secs. Là, j’ai compris que le ciel pleurait les larmes que tu ne versais pas. Tes yeux se sont posés sur moi et je t’ai trouvé belle. Si magnifique. Je passais juste. Tu es devenue un souvenir et ma muse fantomatique.
Une chimère que je ne pouvais pas toucher de mes doigts.
Nous nous sommes revus par hasard. Tu es devenue un être de chair et de sang que je pouvais enfin toucher.
Tes larmes mouillaient mon cœur.
Ton sourire réchauffait mon âme.
Tes rires, tes cris sont devenus réels et ont embaumé ma vie.
Puis la nuit est arrivée. J’ai tendu les mains vers toi mais je n’attrapais que le vide. J’ai cru que je pourrais te sauver d’elle. J’ai cru que ce que je ressentais pour toi serait assez fort pour nous porter loin de la nuit. Mais je ne suis pas un héro… Je ne peux pas te porter à ta place. Je ne peux pas vivre pour toi.
Pourtant mon cœur saigne au diapason avec le tien sans que tu t’en rendes compte. Tes yeux ternis fendent mon âme et la malmènent.
Tes ténèbres envahissent mon regard.
Mais je ne suis pas un héros.
Non, je ne le suis pas. Je ne pourrai pas l’être.
Ne me demande pas de tout sacrifier pour te sauver de souvenirs trop pesants.
Je peux t’épauler. Je peux t’écouter, essuyer tes larmes mais je ne peux pas faire fuir ton passé. Il fait parti de toi, de ton être en entier plus que tu ne le crois.
C’est ainsi et je ne peux rien y faire. Je ne suis pas assez fort pour ça. Je suis aussi humain que toi. Aussi faible. Aussi fou.
J’ai eu des mots durs. Secs. Tranchants. Ils ont tué ton cœur. Ils ont marqué mon âme. Mais je devais te les dire. Il faut que tu te lèves. Tu es à terre. Tu es entrain de mourir. Tu es au sol à tendre les mains vers une personne invisible qui te relèverait. Elle n’existe pas cette personne, Lili. Elle n’est jamais venue au monde. Elle restera à jamais un espoir vain pour toi.
Lèves-toi, je t’en pris. Ressaisis-toi. Bats-toi.
Et si ce n’est pas pour toi, fais-le pour moi. Je ne veux pas que tu meures comme ça. Je refuse de te laisser partir sans rien dire.
Ecoute-moi.
Je ne suis pas un héro. Je ne peux pas vivre pour toi mais avec toi.
Lèves-toi. N’abandonne pas. Ne laisse pas ta vie passer sous tes doigts ouverts.

« « « « « « « « « « « « « « « « « «

Lili laissa les larmes couler le long de ses joues en reposant les écouteurs sur le bureau de Link.
La chanson « No hero » la laissait pantelante, déchirée de l’intérieur.
Elle éclata en sanglot.
Pourquoi ?
Pourquoi pleurait-elle avec autant de désespoir au fond de sa voix ?
Parce qu’il lui disait qu’elle devait se relever seule ? Qu’il n’était pas assez fort pour l’aider ?
Elle essuya ses larmes avec sa manche de pyjamas et retourna dans sa chambre. Elle regarda la pièce de ses yeux sombres. Tout était parfaitement rangé, en ordre, tout de noir et mauve. Elle passa un jean trois quart bleu foncé, un top jaune pâle puis des sandales noires toutes simples. Elle sortit, son sac en bandoulière.
Le soleil l’éblouit un instant mais elle continua son chemin.
Comment pouvait-il dire qu’elle ne bougeait pas ? Qu’elle se laissait mourir ?
Elle regarda autour d’elle. Les gens passaient à côté d’elle sans la voir vraiment. Juste une image fugace qu’ils oublieraient au détour d’une rue.
Linke, lui, ne l’avait pas oublié. Il l’avait gardé en mémoire comme elle.
La pluie… Son regard clair… Son léger froncement de sourcils… la voiture passant à côté d’elle sans s’arrêter.
Tout était frais dans sa mémoire comme si cela s’était passé la veille.
Elle acheta des œillets blancs et se dirigea vers le cimetière de la ville.
Elle entra à l’intérieur et se dirigea vers une tombe sans un doute, sans un regard pour le reste. Elle resta un instant devant la pierre tombale vierge de fleurs. Elle posa le bouquet sur la pierre.
Elle resta là. Combien de temps ? Elle n’en avait aucune idée. Quand le jour commença à décliner, elle sortit de sa léthargie et se remit en route vers son lieu de vie.
Elle poussa la porte et se figea devant le regard noir du jeune homme devant elle.

« Où étais-tu ? » Gronda-t-il.

Elle éclata de rire, le prenant par surprise. Depuis combien de temps ne l’avait-il pas entendu rire comme ça ?
Son visage était éclairé. Tout à coup, un froid le prit quand elle commença à chanter sa chanson « no tomorrow ». Les mots coulaient de sa bouche et percutaient Linke comme des couteaux envoyés à pleine vitesse sur son cœur.
Il la fit taire en posant sa main sur sa bouche. Ses yeux chocolat le fixèrent sans rien refléter d’autre qu’une interrogation.

« Ca ne sert à rien. » Chuchota-t-il.

« Pourquoi ? »

Il ne répondit pas. Qu’y avait-il à répondre à ça ?

« Ton sourire me suffit ! » Lâcha-t-il simplement. « Il y aura un lendemain mais… »

« Tu n’es pas un héros. » Souffla-t-elle en s’éloignant. « Je le sais bien. »

Elle le laissa dans l’entré et entra dans sa chambre.

« « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lili-angeli.skyrock.com/
Violette
Unsere Zeit
avatar

Féminin Cancer Buffle
Date d'inscription : 03/04/2008
Nombre de messages : 139
Date de naissance : 29/06/1985
Age : 32
Membre Preferé : Frank...(bave)
Chanson Preferé : neustart/alles endet hier

MessageSujet: Re: [os] no tomorrow...   Mar 29 Avr - 15:02

POV Lili.

Un jour sans lendemain ?
Je regarde ma valise sur mon lit. Oserais-je partir ?
Je sors de la chambre et me dirige vers notre pièce. Te souviens-tu, mon amour, de notre première journée ensemble dans cette maison ? Moi, je m’en souviens. La première chose que nous avons faite c’est de venir ici pour voir si mon piano était arrivé. Il y était. Nous nous sommes assis devant et nous avons joué à deux mains. C’était magnifique. Magique. Un moment gravé dans ma tête. Les notes dansent encore en fond sonore et emplissent mon cœur de ce « je ne sais quoi » qui me donnait le sourire avant. Tu es avec tes amis dans votre salle d’enregistrement. J’entre dans notre pièce. Le piano est là. La salle est de taille moyenne, avec des tas de coussins un peu partout, de toutes les couleurs, des voiles multicolores cachent cette pièce aux regards extérieurs. Je m’assieds devant l’instrument. Il a un peu pris la poussière il me semble mais depuis combien de temps ne nous nous sommes pas assis devant lui ? J’appuis sur une touche. Un son en sort. Mon cœur vibre. Mes yeux se ferment.
Mes mains jouent une mélodie. La tienne. Il manque ta voix mais elle résonne dans ma tête.
Tu dis que tu n’es pas un héros. Tu dis que je dois me relever seule.
Je ne retournerai pas là-bas. Je refuse. Et si je dois m’ouvrir le cœur et le jeter à tes pieds alors je le ferai. Si je dois verser jusqu’à la dernière goutte de mon sang pour toi, donne-moi ce couteau que je me tranche les veines.
Je ne peux plus rien y faire. Toi non plus. Que tu le veuilles ou non, mon cœur est en toi. Mon âme vibre à la tienne. Mon passé tatoué dans mon corps, circulant dans mes veines, blessant mes yeux, me tuera un jour mais pas aujourd’hui, ni demain.
Je me souviens de tes sourires, de tes mains posées sur mon corps, de ton souffle dans le mien, de nos corps se trouvant. Je me souviens de nos promesses silencieuses.
Mais ce jour de pluie aussi.
Tu savais ce jour-là que mon cœur t’appartiendrait à jamais.
Prends-le ! Brise-le ! Brûle-le ! Qu’importe mais garde-le dans tes mains.
Tout ce que je demande c’est de ne pas me laisser retourner là-bas.
Ne laisse pas les ténèbres m’envahir à nouveau. Le diable est trop proche de ma porte. Les flammes lèchent déjà ma peau. S’il reste une infime parcelle d’amour en toi, ne les laisse pas m’approcher. Protège mon cœur d’eux.
Je t’en pris. C’est ma seule demande.

« « « « « « « « « « « « « « «

POV Linke.

Je m’arrête de parler en entendant une mélodie. Les autres me lancent des regards étranges. Je sors de la salle d’enregistrement.
Ma Lili… Tu es assise devant notre piano, dans notre salle. Les sentiments m’envahissent à nouveau. Notre premier jour en ces murs. Nos promesses volées entre deux courses à la montre. Tu joues « no tomorrow » de tes doigts fébriles. Depuis combien de temps n’as-tu plus touché à cet instrument que tu aimais tant ?
Crois-tu vraiment que notre histoire s’arrête ici, mon amour ? Ne te souviens-tu pas de nos jours ensemble ? De nos rires ? De nos larmes ? De nos rêves communs ?
Chaque mot est gravé en moi au fer rouge.
Tes doigts… le son de ce piano me soufflent que tu te souviens de tout et que tu pries.
A qui s’adresse ta complainte qui fend mon cœur ? Pour qui joues-tu aussi désespérément ? Est-ce un appel à l’aide muet ? Est-ce un appel à l’espoir ?
J’entre dans la pièce quand tu donnes les dernières notes. Tu déposes tes mains sur tes cuisses. Tu regardes le sol, les yeux dans le vague puis relève la tête vers moi. Nos regards se croisent et s’accrochent.
Tu ne veux pas retourner là-bas. Je le vois. Crois-tu que je veuille voir les ténèbres t’envahir à nouveau ? Nous avons eu tellement de mal à t’en sortir. Moi. Les autres. Ce n’est pas pour te laisser y retourner. Crois-moi !
Le diable peut toquer, je n’ouvrirai pas. Tu resteras près de moi.
Je m’approche et m’assis à ta droite. Tu es retournée à la contemplation de tes pieds nus. Je prends ta main dans la mienne. Tu es gelée. Moi, je sais que j’ai la peau extrêmement chaude. Est-ce parce que tu manques de vie que tu es froide même en été ? Et moi ? Suis-je trop vivant ?
L’excès est un signe de faiblesse, Lili. Tu n’as jamais été excessive dans ta vie. Tu n’as jamais voulu autre chose que ce que tu avais dans tes mains. Je t’ai reproché cela. Pourtant c’est ce qui me plait chez toi. J’aime ta façon de voir le monde : calmement, lentement. Un regard droit et juste qui n’a pas un défaut si ce n’est positiver sur l’être humain. Tu es pourtant bien placée pour savoir que les humains sont injustes les uns envers les autres. Tu as été leur première victime.
Regarde-toi ! Crois-tu encore en eux ? Oui. Mais tu ne crois plus en la vie.
Je trouve cela injuste et je ne sais comment faire pour que tu le comprennes. Tu ne peux pas te tuer à cause d’eux. Tu ne peux pas m’abandonner pour eux. Je n’y croirai plus. Je ne veux pas.
Mes doigts touchent le piano et jouent pour toi. Comprends ce que je ne sais pas formuler.
Dis-moi que rien n’est perdu.
Dis-moi que nos vies ont encore un point commun.
Le temps n’est pas perdu pour nous. Il nous reste encore bien des années.
N’abandonne pas ce que je t’offre.

« « « « « « « « « « « « « « « «

POV Lili.

Les jours ont passé. Je suis toujours là. Assise sur notre lit. Tu es parti quelques temps pour un ou deux concerts avec les autres. Il ne reste que moi dans cette immense maison. Je parcours pièce me souvenant de nos moments passés dedans.
Pourquoi ne puis-je pas oublier ? Pourquoi la nuit m’enveloppe-t-elle-même le jour ?
On n’a pas cru en moi. Tu as été le seul. Et encore. Parfois, je voyais tes yeux me regarder avec incertitude comme si je n’allais jamais me relever.
Tu m’as sauvé d’une vie de souffrance. Tu m’as tiré de mes ténèbres.
J’aimerais que tu ne t’en ailles jamais. J’aimerais nous enfermer dans un cocon loin de tout.
Linke… Je regarde notre chambre dans la nuit. J’ouvre les volets. Les fenêtres. Les tentures. Je cours à travers la maison pour tout ouvrir. Il faut aérer tout cela. Je ne ressens plus aucune odeur. Je n’arrive pas à reprendre pieds.
La pleine lune éclaire notre jardin. Nous y avons planté des roses, des camélias et cet arbre que j’aime par-dessus tout : le Lilas. Mauve. Blanc. Bordeaux. Ils sont là devant moi, fleuris, embaumant l’air. Mais je ne les sens pas. Je n’y arrive plus.
Je me souviens qu’un jour, pour me faire plaisir, tu es allé chez la voisine, couper des branches sans le lui dire. Tu as dû détaler comme un lapin parce qu’elle avait essayé de te tirer dessus en te prenant pour un voleur. Je souris à ce souvenir.
Je rentre dans notre salon. Je vois les photos étalés sur les murs. Je ne reconnais plus rien du tout. Chaque photographie est comme un rêve figé.
Je m’assis sur un fauteuil, les jambes repliées sous moi, ma tête en arrière. Tout est chaleureux ici. Pourtant le froid m’a envahi. Le téléphone sonne. Je ne décroche pas. C’est ta voix qui résonne dans la maison.
Ta voix… Je ferme les yeux en l’écoutant. Chaude. Douce. Ferme. Promesse de tellement de bons moments.
Tes yeux… Je les vois encore me fixant. Il y a tellement de choses qui se reflètent dedans.
Un sourire se dessine sur mes lèvres.
Tu es l’incarnation de la douceur, Linke. Sans aucun doute.
Toujours calme, sûr, une épaule sans failles.
Je me lève en soupirant. Je tourne sur moi-même.
C’est notre maison.
La nôtre !
Quand tu n’es pas là, je la sens tellement vide. Je ne me souviens plus de rien que nos moments passés.
Je soupire une nouvelle fois et vais vers notre chambre. Je me couche dans notre lit.
Ton odeur est encore à ta place mais les draps sont froids.
Que disais-tu dans ton message ? Je me lève en sursaut, descends les marches quatre à quatre et presse le bouton « play » de l’enregistreur. Ta voix raisonne mais cette fois, j’entends tes mots. Les larmes perlent à mes yeux.
Pourquoi dis-tu ces mots ?
Je te manque vraiment ?
Tu penses à moi autant que moi à toi ?
N’y a-t-il vraiment personne d’autre que moi ?
Je monte et m’habille. Il est deux heures du matin. Je sors un sac en bandoulière avec des vêtements de rechange. Ne t’en fais pas, j’ai tout refermé avant de partir. Il n’y a que la fenêtre de notre chambre ouverte. Je n’ai pu me résoudre à la fermer. Une petite porte ouverte sur notre avenir incertain sans doute. Un taxi m’emmène.
Si seulement je pouvais être une autre personne. Tu serais plus heureux. Je voudrais être comme toi, plus forte et déterminée à mener ma vie comme je l’entends.


« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

POV Linke.

Je raccroche le téléphone.
Où es-tu allée ? Tu n’as pas décroché. J’ai appelé trois fois en une heure. J’espère que tu es toujours dans notre maison.
Je t’imagine endormie dans notre lit, seule. Si tu savais comme je regrette mais je ne peux pas faire autrement. Ma passion, je dois la vivre. Je ne peux pas aller contre ça. Ca serait me suicider. Tu le sais, n’est-ce pas ? Tu le savais depuis le début. M’en veux-tu ?
Je compose ton numéro de portable. Il sonne dans le vide me broyant le cœur.
As-tu pris ta décision ? Es-tu repartie là-bas ? Je plonge mon visage dans mes mains. Une pression me fait lever la tête. David me sourit. Oui, je dois être fort pour nous. Tu n’as pas pu partir. Je le saurai. Tu es loin d’être lâche. Tu me l’aurais dit.
Nous montons sur scène. Nous jouons. Nous donnons tout ce que nous avons au fond de nous.
Moi… Je reste un peu en retrait. Je ne veux pas donner à ces inconnus ce que tu fais vivre en moi. Je ne veux pas qu’ils me le prennent. Je t’imagine derrière cette barrière. Tes grands yeux chocolat posés sur moi. Ton sourire encourageant. Ma vision de toi la première fois que tu es venue à un de nos concerts. Tu ne sautais pas. Tu ne criais pas. Tu souriais chaleureusement. Tu nous regardais attentivement. Tu profitais de notre musique et tu la vivais à l’intérieur. Ca se voyait. Ca se ressentait.
Tu irradiais Lili.
J’aimerais revivre ça. J’aimerais te revoir comme ce jour-là.
Pourrais-je un jour te faire irradier à nouveau ? Je l’espère mais une part de moi veut abandonner, tu sais.
J’ai peur, au fond, que ta nuit ne m’enveloppe aussi et que je te perde à l’intérieur d’elle.
Ca fait deux jours que je suis loin de toi. Tu n’as toujours pas répondu au téléphone.
Ou es-tu ? Que fais-tu ?
L’angoisse s’enroule autour de moi et m’étouffe. Es-tu partie sans moi ?
J’aurais dû…
Non ! Je dois te parler. Je dois te dire tout cela face à face.
Tu dois savoir ce qui me ronge.
Si je continue comme ça, il ne restera rien de toi et moi. Rien de nos souvenirs. Rien de nos rires. De nos larmes.
Je ne peux pas admettre ça. Je refuse !
Je me lève, surprenant les autres. Je ne les regarde pas et me dirige vers la porte.
Si tu refuses de me parler, je t’obligerai à m’écouter.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Linke ouvrit la porte à la volé et resta ébahie en face d’une Lili à bout de souffle.

« Je… » Commença-t-elle à sangloter. « Je ne veux plus être toute seule. Je ne veux plus que tu me laisses seule. »

Elle plongea son regard dans le sien. Linke sentit tout son être se noyer dans ses yeux. Il sourit légèrement puis la prit dans ses bras.

« Je sais que ta vie, c’est la musique. Quoiqu’il se passe, elle passera avant le reste mais permets-moi de rester dans son ombre. »

Il resserra sa prise.

« Tu ne comprends pas ! » Lui souffla-t-il. « Tu n’es pas la musique. Tu es toi. Tu n’es pas dans son ombre. Tu fais partie de ma vie. La nuit ne te prendra pas à moi. Tu ne retourneras pas là-bas. Je suis là. »

Elle sourit en pleurant dans ses bras. Linke essuya ses larmes du bout des doigts.
Par ce geste, il effaçait les derniers vestiges d’un passé trop lourd pour des épaules trop fragiles.
Par ce geste, il scellait leur avenir.
Non, il n’y aurait pas de lendemain sans l’un et l’autre.
Il y aurait un futur.
Un jour, le monde se rendrait compte que la voix de Linke est unique mais qu’il ne s’agit pas d’un don à la terre entière, juste à une personne.
Un visage… Un sourire… Un corps… Quelqu’un d’unique à ses yeux


FIN....

Alors? pas trop usé de mouchoirs! ca finit bien hein? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lili-angeli.skyrock.com/
Nou'
Morgencafé
avatar

Féminin Sagittaire Cheval
Date d'inscription : 14/12/2007
Nombre de messages : 2892
Date de naissance : 19/12/1990
Age : 27
Localisation : Ma-ROCK
Membre Preferé : Linkus
Chanson Preferé : Himmel hilf

MessageSujet: Re: [os] no tomorrow...   Mar 29 Avr - 22:25

Ton Os ... voila tout ce qui sors, nan je ne pleure pas, nan je ne tremble pas .... je le vis xD - et ça veux dire ce ke ça veu diRRRe -

Tu as su garder une part de mystère et j'm bien ...


No tomorrow for me without breaking in
Night and day pass me bye i am giving in
Can't get back to the place i am living in
My world just falling apart ...


Juste one voice ... One emotion and two hearts beating together ...Mine ... But what about yours ???

Ps : Linke is mine ... je vais porter plainte pour violation de domicile, Linke c'est mon chez moi là ou toutes mes pensée les plus floues habitent !! Je ne l'aime pas ... Je le sens ^^ et là aussi sa veux dire ce que sa veux diRRRRe !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritual-nou.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [os] no tomorrow...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[os] no tomorrow...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Jackson Five - Album Maybe Tomorrow
» Video Chat Tomorrow
» Les tribulations d'un[i] Keeper of Tomorrow [/i]au Pérou!
» Born as Keepers Of Tomorrow
» [rumeur] If I Die Tomorrow, disponible le 12/05 iTunes+paroles?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
100 % PANIK ! :: DETENTE :: FAN FICTIONS :: OS-
Sauter vers: